L’homme qui tua Don Quichotte : loufouque & touchant

Quel joli mystère que ce titre. Au premier abord, L’homme qui tua Don Quichotte intrigue, et va même jusqu’à déconcerter, car on ne comprend pas vraiment de quoi il va s’agir : une comédie ? un film historique ? une adaptation du roman ? un meurtre ?
Au final, c’est un peu tout ça à la fois, sans qu’aucun genre ne permette réellement de définir ce film à son juste titre, car il est d’une richesse que l’on retrouve rarement à l’écran, subtile et émouvant.téléchargement Read More

Publicités

L’Extraordinaire voyage du Fakir : savoureuse adaptation

Il était une fois un roman, de Romain Puertolas, qui a eu un succès impressionnant et dont le titre détonnait sur les étales des libraires : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea. Un titre trop long et atypique, surprenant mais aussi très drôle. J’ai découvert par hasard que le film avait été adapté au cinéma, qui plus est le film est né d’une collaboration franco-americano-indienne.

2875774

Adapter un roman au cinéma est un exercice qui peut être très compliqué et donner un résultat catastrophique. Ce n’est pas le cas ici, le film est aussi décalé et extraordinaire que le roman dont il est tiré.

Read More

Et mon coeur transparent : esthétiquement dépressif

Une fois de plus et comme à ma nouvelle habitude, j’ai été voir ce film sans en avoir vu la bande annonce, sans savoir de quoi il s’agissait, ni des acteurs qui y jouaient. Si vous n’avez jamais essayé, faites-le : c’est incroyablement grisant, et même si le film n’est pas terrible, au moins vous aurez eu l’effet de surprise. 5613498.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxxCoup de chance aujourd’hui, un bon thriller français, ce qui est assez rare pourtant.
Retour sur ce film hybride, surprenant, loufoque et déroutant. Read More

Everybody knows : glauquement familial

Film d’ouverture hors-compétition à Cannes cette année, rien que par son casting, ce film décoiffe : Penelope Cruz, Javier Bardem & Ricardo Darin. Réalisé par Asghar Farhadi, excellent réalisateur iranien qui a déjà enchanté le Festival avec plusieurs de ses films,

téléchargement (2)j’attendais avec impatience de vois ce que cachait cette mystérieuse bande-annonce. Juste après Escobar, j’étais ravie de retrouver le couple Cruz-Bardem à l’écran, et cette fois-ci en espagnol qui plus est, dans un petit pueblo en Andalousie, pour voir se démêler une histoire de famille tordue. Coup de foudre.

Read More

Plaire, aimer et courir vite : portraits de séxualités

2760065Nous sommes en plein Festival de Cannes, où est sorti il y a quelques jours le dernier film de Christophe Honoré, au titre long et intrigant. Christophe Honoré est l’un de mes réalisateurs préférés, notamment pour Les Chansons d’amour et Les Bien-aimés que je regarde encore souvent. Cet homme génial nous offre cette fois-ci un film portant sur un sujet tabou : le SIDA, et plus largement l’homosexualité dans les années 90. Salué à Cannes par de longs applaudissements (+6 min), Honoré coche, à mon sens, toutes les cases qui pourraient lui donner la Palme d’Or : émotions, superbes acteurs, vrai travail de mise en scène, sujet d’actualité dérangeant et BO recherchée. Mélange explosif donc, à voir absolument.
Read More

Senses 1 & 2 : le trouble japonais

Le hasard et mon amour pour le Japon m’ont poussée à voir ces deux volets assez courts, qui composent Senses 1&2, et en font un film qui est pour sa part, assez long (2h20). Le temps passe pourtant de manière assez rapide, tout en s’écoulant lentement.

5140686.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

En ressort une sensation particulièrement agréable et relaxante. On voit glisser les images, les émotions et les histoires des personnages à l’écran, on ne comprend pas toujours tout en détails, on est parfois surpris ou gêné de rentrer aussi explicitement dans le mode de pensée japonais, et on tombe sur une fin assez abrupte qui couronne un film, très réussi dans son ensemble.

Read More

Escobar : portrait sauvage

Je suis une grande passionnée de l’Amérique du Sud. J’aime beaucoup l’histoire de ce Nouveau Monde, aussi dure, complexe et tragique soit elle.

téléchargement (1)

Pablo Escobar fait partie de l’histoire de ce continent, car il a déclenché des événements inédits d’une ampleur jamais vue auparavant et qu’on ne reverra (a priori) jamais non plus.
Contrairement à beaucoup, je n’ai jamais regardé la série Narcos, donc je ne connais pas en détails la vie d’Escobar, et j’étais donc ravie de voir Javier Bardem incarner ce monstre du crime organisé, et tenter de sculpter un pays, voire même un continent, selon son idéal. Retour donc sur ce film, et sur ce qu’on boirait bien avec !

Read More